Mission Fourgous pour les Tice

Édito

Réussir l’École numérique

lundi 15 février 2010

En tout premier lieu, nous souhaitons vous remercier, enseignants, inspecteurs, parents, élèves, élus, partenaires, de nous avoir permis au cours de ces six derniers mois, de vous rencontrer, de nous avoir communiqué votre enthousiasme, vos doutes, vos attentes et vos espoirs... Vous nous avez permis de partager vos expériences, vos idées et vos projets. De ces différents axes émerge une évidence : les Tice apparaissent comme un des leviers essentiels qui donnera à chacun les meilleures chances de s’intégrer et de s’épanouir dans la société de demain.

On le sait désormais, la culture numérique doit faire partie de la culture générale. Elle a rejoint l’ensemble des compétences de base à acquérir, dont font également partie la culture de l’information et la citoyenneté sur Internet. Les jeunes que l’on forme maintenant connaîtront sans doute une vie professionnelle qui ne sera pas linéaire : ils auront à s’adapter plusieurs fois à des métiers différents. Ils doivent donc absolument y être préparés, être autonomes et savoir se former tout au long de leur vie, notamment en utilisant les plateformes d’apprentissages.

Enseignants, vous voyez dans l’utilisation du numérique le moyen de mieux gérer l’hétérogénéité des classes, de mieux individualiser votre enseignement, de donner à vos élèves un motif de motivation, notamment en les impliquant davantage dans la construction de leurs savoirs. Vous êtes conscients que votre métier évolue. Vous nous l’avez dit : aujourd’hui, les outils numériques vous permettent d’être non plus seulement dans un face-à-face avec vos élèves mais d’être à côté d’eux, de les accompagner chacun au plus près dans l’évolution de leurs apprentissages.
Pour vous, le numérique et Internet sont aussi les vecteurs qui vont faciliter le travail d’équipe, la mise en place de projets collaboratifs, la co-formation... « Travail collaboratif », « formation » et « accompagnement » sont en effet les leitmotive qui étoffent vos propos et portent vos espoirs.
Efficacité et gain de temps sont également deux notions que vous n’avez pas manqué de nous faire entendre, tout comme votre besoin de formation initiale et continue pour mieux avancer encore.

Élèves, vous nous avez fait part de votre adhésion et de votre motivation pour les outils numériques, de votre enthousiasme pour cette « entrée pédagogique » nouvelle qui cadre beaucoup plus avec votre quotidien et la réalité du monde dans lequel vous grandissez. Vous nous avez demandé des espaces ouverts afin de pouvoir travailler en autonomie et des plateformes d’auto-apprentissage afin de vous former à votre rythme, en fonction de vos besoins et d’enrichir votre parcours personnel de façon adaptée.
Vous nous avez même confié attendre avec impatience le numérique aux examens, ainsi que la nécessaire modification des programmes et de l’organisation du temps scolaire.

Parents, vous avez compris l’intérêt des environnements numériques de travail (ENT) qui vous offrent la possibilité de mieux suivre la scolarité de votre enfant et de mieux communiquer avec leurs enseignants.
Vous demandez également à être formés à l’utilisation de ces outils, nouveaux pour vous, mais dont l’intérêt ne vous échappe pas.
D’autres applications, d’autres services suivront. Vous n’en doutez pas et, majoritairement, vous êtes demandeurs et favorables à leur déploiement.

Cadres de l’enseignement, inspecteurs ou chefs d’établissement, conscients de vos tâches d’accompagnement, vous avez insisté sur votre formation et l’exigence d’une maîtrise avancée des Tice. Guider, stimuler, motiver suppose que vous soyez vous-mêmes des utilisateurs aguerris, capables d’argumenter et de théoriser face aux demandes légitimes des enseignants.

Partenaires et élus, vous avez compris vous aussi que vous deviez offrir aux élèves et à leurs professeurs ces outils numériques. Ils permettront aux uns et aux autres de changer l’École, d’en faire un lieu d’apprentissage respecté par tous parce qu’offrant à tous le moyen de s’épanouir, d’apprendre et de s’intégrer dans la société de demain que nous façonnons aujourd’hui.

Certains points cristallisent les attentes et génèrent des doutes : maintenance, formation...
Des questions se posent : rôle de l’État et des collectivités...
Des changements se profilent : architecture des locaux, équipement des établissements, évaluation des enseignants...
Des sujets prêtent à discussion : rôles des collectivités et des compétences partagées sur la réussite du numérique à l’école, l’enseignement d’une matière « informatique » et des objets numériques, les ressources de demain...

Une certitude cependant rassemble tous les suffrages : le rôle central que joue le numérique dans notre société postindustrielle. Il n’est pas concevable que l’École passe à côté...Les Tice ne représentent pas seulement un moyen privilégié pour endiguer l’échec scolaire et permettre à chaque élève de connaître la réussite, elles sont aussi et surtout le point d’accroche permettant aux enfants d’établir un lien direct entre leur quotidien et le travail de classe. Elles donnent un sens et de la cohérence aux apprentissages ; elles font acquérir une consistance nouvelle aux efforts considérables que notre système scolaire exige des élèves.

Encore faut-il, pour mener à bien cet ambitieux projet, que les enseignants soient formés et accompagnés, qu’ils se sentent soutenus et encadrés par l’institution toute entière. Et que les ressources pour enseigner comme pour apprendre soient aisément utilisables, parce que l’égalité des chances ne peut se concevoir sans égalité à l’accès au savoir et à la connaissance.

Ce défi majeur, qui nous est lancé là, nous n’avons d’autre choix que de le relever et de le gagner. L’École française doit monter dans le train du progrès. Elle doit accepter de revoir et de changer en profondeur ses modes de fonctionnement.
Tous les acteurs sont prêts à tenter l’expérience... il nous reste à oser...

Afin de vous accompagner dans cette aventure qui ne fait que commencer, le site restera ouvert et vous apportera régulièrement de quoi alimenter votre réflexion.

À très bientôt, donc.


 
Assemblée nationale   MEN