Mission Fourgous pour les Tice

Édito

Pour une éducation numérique, Former, apprendre, mutualiser, innover.

dimanche 11 septembre 2011

Bienvenue sur ce site, qui est le vôtre. Il est consacré à la mission que le Premier ministre, François Fillon, nous a confiée. Cette mission, placée auprès du ministre de l’Enseignement supérieur, concerne l’évolution des pratiques pédagogiques et la formation des enseignants.

L’arrivée d’Internet a modifié en profondeur le monde du travail : un management horizontal s’appuyant sur les réseaux et le travail collaboratif se substitue de plus en plus à un management vertical où l’information ne circulait que de manière pyramidale. Les métiers évoluent à la même vitesse que les technologies : de manière exponentielle. Les compétences attendues sur le marché du travail ne sont plus les mêmes que celles attendues hier. Le numérique permet de travailler autrement et mieux. « Les pays intégrant pleinement les nouvelles technologies […] posent les jalons de l’avenir de leur compétitivité et de la réussite durable de leurs économies  », a déclaré le Directeur TIC au World Economic Forum. Or l’étude internationale [1], qui permet d’évaluer l’impact des Tic sur le développement et la compétitivité de 138 nations, ne classe la France qu’en 20e position, handicapée par son système éducatif placé lui, au 29e rang pour ce qui est de la préparation des enfants à l’utilisation des TIC : les 10 pays arrivant en tête (Suède, Singapour, Finlande…) se caractérisent par une attention continue sur l’éducation et la formation des enseignants, et une population ayant une culture numérique et de l’innovation.

L’arrivée du numérique ne bouleverse pas uniquement l’économie et le monde des entreprises. C’est toute la société et notre quotidien qui est touché : accès illimité et immédiat à l’information, à la formation, à la culture... Communication et échanges sont devenus omniprésents. Les élèves d’aujourd’hui, nos enfants, sont familiers des moteurs de recherche, des réseaux sociaux… Internet bouleverse l’École, la notion physique de classe et de temps scolaire. Il instaure une autre gouvernance, une autre relation entre les acteurs de l’éducation. Si pour un individu, être en dehors de la culture numérique, c’est s’isoler socialement et économiquement, pour l’École, rester en dehors de la révolution numérique, c’est creuser un fossé entre ceux qui pourront apprendre en dehors de l’École et les autres. Prôner le retour à l’enseignement d’autrefois, sans ordinateurs, avec des cours magistraux où les élèves doivent apprendre tous la même chose, au même moment, avec la même méthode, c’est former nos enfants au monde d’hier : ce n’est ni réaliste, ni responsable. Aujourd’hui, nous devons prendre en compte la diversité des élèves. Nous ne sommes plus à l’heure d’un enseignement de masse.

La première mission parlementaire « réussir l’école numérique » a permis de faire prendre conscience au monde politique de l’importance d’équiper les Écoles en outils numériques. Le livre que nous publions en ce mois de septembre, « réussir à l’école avec le numérique » (chez Odile Jacob), nous permet à tous de comprendre quels sont les enjeux du numérique et quel rôle nous avons, parents, et enseignants dans la réussite de nos enfants. Cette seconde mission parlementaire s’adresse plus au monde des professionnels de l’éducation, que sont les enseignants. Nos enseignants sont compétents, innovants et conscients que l’École doit évoluer afin de motiver des élèves qui ont changé. Ils sont les acteurs du changement. De nombreuses études ont démontré l’impact positif des TICE, notamment dans la lutte contre les inégalités scolaires. L’étude Marzano montre ainsi que le numérique permet d’augmenter les résultats scolaires de 16 à 31%. Pourtant, malgré l’équipement des Écoles et le talent de nos enseignants, les résultats scolaires restent faibles. Et ce, depuis 30 ans.

Avec le CRDP de Versailles [2] nous avons réalisé un sondage montrant que tous les enseignants et les chefs d’établissements sont convaincus par les apports positifs des outils numériques dans la gestion de l’hétérogénéité des classes, l’acquisition des connaissances et des compétences. Ils ont conscience de la nécessité d’innover dans leurs pratiques pédagogiques afin de donner, aux élèves, l’envie d’apprendre, de donner un sens à l’École et aux apprentissages. Aujourd’hui, 95% des enseignants français perçoivent la valeur ajoutée des TICE (contre 48% en 2002), notamment dans le renouvellement des pratiques pédagogiques : les technologies numériques facilitent le passage d’une pédagogie magistrale à une pédagogie plus active, participative et collaborative. Elles permettent de passer d’un enseignement de masse à un enseignement plus individualisé. Ainsi, elles permettent une évolution du quantitatif au qualitatif. Pourtant sur le terrain, les diverses études montrent que les pratiques n’évoluent guère (Chaptal, 2007).

Cette mission a besoin de vous afin de comprendre, de réussir l’École que nous souhaitons, de répondre aux questions-clés : comment le numérique impacte-t-il l’enseignement et les apprentissages ? Comment faire évoluer les pratiques pédagogiques (nous sommes tous d’accord pour affirmer que la pédagogie frontale n’est plus pertinente aujourd’hui) ? Quelle incidence l’intégration du numérique à l’École a-t-elle sur la formation des enseignants ? Comment mieux former nos enseignants afin de les aider dans la tâche difficile qui est la leur : à savoir former nos enfants aux métiers et au monde de demain ? Quel nouveau statut donner à l’enseignant afin que le métier prenne en compte les évolutions de la société ?

Pendant les six prochains mois, déplacements, colloques et entretiens nous permettront d’aller à votre rencontre. Nous porterons un intérêt particulier à toutes les contributions qui seront déposées sur se site, lieu d’échange, de partage d’idées, d’expériences... Cette mission nous permettra de formuler des propositions concrètes pour que l’équipement numérique des Écoles soit suivi de résultats et que notre École devienne réellement une École de la réussite.

Nous espérons pouvoir compter sur vous tous et je vous remercie par avance pour votre accueil, votre participation, vos réflexions et vos idées.

Merci à tous.

Jean-Michel Fourgous


Notes

[1] The Global Information Technology Report2010-2011.

[2] Molès Philippe (Strat-Up) et Saboulard-Luguet Olivier. Rapport d’étape sur l’école numérique sur la 11e circonscription des Yvelines. CRDP de Versailles. Mars 2011.

 
Assemblée nationale   MEN